L'échelle de Crastes
Instrument de mesure de la haine, mis au point par l'@nticlopédiste éponyme (Stéphane Crastes) en collaboration étroite avec le Pr Ober Bien qu'étant d'un usage fort simple, l'échelle de Crastes est d'une conception extrêmement complexe.
C'est en partant de ce constat que le polylogiste Delamarre a pu déclarer que "l'échelle de Crastes est à la fois simple et complexe, comme tout ce qui est beau"
Ce n'est pas ici le lieu pour entreprendre la description détaillée d'une telle théorie. Plusieurs volumes de notre encyclopédie n'y suffiraient pas.
Que le lecteur se contente de savoir que la longue démarche scientifique qui a permis la conception de l'échelle de Crastes peut être ramenée à la formule suivante:
xCrr=[ (HI*FAg)%(FAt) ]
xCrr représente une quantité de haine indéterminée, HI la quantité de haine inhérente au sujet, FAg un éventuel facteur aggravant et FAt un improbable facteur atténuant.
Soit un repère orthonormal, avec x pour axe des absinthes et y pour axe désordonné. par souci de rigueur scientifique, nous ne tiendrons compte que des données désordonnées car les absinthes ont toujours tort, ainsi qu'il le fut démontré.
Le Crr sera l'unité de mesure de la haine qui permettra de distinguer le sujet sur l'échelle de Crastes
Elle sera figurée par la tour Eiffel qui est le monument le plus laid et le plus prétentieux de la planète.
L'échelle de Crastes comptera 13 degrés.
Le facteur aggravant sera élevé à la puissance deux, car le facteur sonne toujours deux fois.
En guise de conclusion nous rappellerons qu'il est dangereux de passer sous l'échelle de Crastes. Cela porte malheur.
Retour à la table des matières