Laideur  
Laideur (Nom commun): état de ce qui est laid
Exemple: "Quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule?!" (Jean-Paul Sartre)
A travers notre oeuvre anticlopédique, nous nous sommes donnés pour but, mon concierge et moi, d'informer le grand public des progrès les plus récents et les plus significatifs de la science moderne. Or la découverte dont nous allons vous faire part va résonner comme un coup de canon dans un canon dans un jeu de quilles.
On ne présente plus Fabrice Roque: professeur ès pataphysique, auteur d'une brillante thèse sur le rationnement de la rationalité, il est surtout connu pour ses travaux en matière de Dissection Assistée par Ordinateur. Cet éminent savant, nous le savons, est capable du meilleur. Nous étions donc en droit d'en attendre le pire.
Le lecteur attentif ne sera pas autrement surpris en découvrant l'intitulé de son prochain mémoire: Des causes socio-économiques de la laideur. Le lecteur attentif sera prié pour sa part de retourner à la lecture des oeuvres complètes de Paul-Loup Sulitzer. L'homme est un Paul-Loup pour l'homme, dura lex sed lex, tant va la cruche à l'eau qu'il faut partir à point.
Nombreux sont les économistes qui ont tenté d'élucider les mystères de la crise que nous traversons. Nombreux sont les artistes contemporains qui poursuivent la quête du Beau. Dans un cas comme l'autre, l'homme moderne se heurte à des difficultés sans noms. Mais il appartenait au professeur Roque de réaliser la synthèse entre ces deux domaines de recherche.
En travaillant sur un échantillon représentatif d'étudiantes nées entre 1974 et 1976, notre époustouflant savant a pu établir qu'il existe un lien de cause à effet entre la crise économique et la laideur. En d'autres termes le coefficient de beauté serait inversement proportionnel à la gravité de la situation économique.
Soit x le coefficient de beauté calculé à partir des données corrigés des variations saisonnières, données dont l'objectivité ne saurait être mise en doute. Soit y le coefficient de crise, calculé à partir des chiffres du chômage, du niveau du Produit Intérieur Brut, et du prix du paquet de pépites (pipas). A priori ces eux variables n'ont absolument rien en commun. Cependant, au terme de plusieurs années de recherche, Fabrice Roque nous livre aujourd'hui l'équation suivante:
(Vy+1)² = -(Vx+1)²
(V=racine carrée)
Sans nous lancer dans une explication détaillée qui ne serait comprise que des seuls initiés, nous nous contenterons de traduire cette équation au moyen d'un théorème:
"Au plus qu'on a moins d'argent, au moins qu'on a de beaux enfants"
Je m'empresse de dénoncer ici l'accueil mitigé, pour ne pas dire frigide, que la communauté scientifique internationale a réservé à ce que les journaux spécialisés nomment déjà "la loi de Roque". Faut-il y voir là manifestation d'une vulgaire jalousie? Messieurs les savants, cette attitude puérile ne vous honore pas. Mais, trêve de polémiques: l'histoire jugera.
A défaut de faire l'unanimité, la théorie fabrienne a au moins le mérite d'être simple et définitive, ce qui constitue pour nous le meilleur gage d'exactitude.
Les réticences que nous venons d'évoquer trouvent probablement leur source dans les agitations sociales qui ne manqueraient pas de se produire si la loi dite du "laideron universel" devait être rendue publique. Je vous laisse à penser quelle serait la réaction des millions de femmes pauvres qui peuplent la planète si celles-ci découvraient qu'elles ont de fortes chances de donner naissance à un laideron. des cohortes entières de femmes nues se jetteraient aux pieds des nantis qui subsistent encore et qui, à eux seuls, seraient incapables d'assurer la survie de l'espèce. Des foules immenses d'affamés mal fagotés défileraient aux cris de "La beauté pour tous!", "Exigeons l'égalité esthétique!" ou "Ta mère, elle est née en 76!". Ce serait la porte ouverte à l'anarchie, à la luxure subventionnée et, peut-être même au retour des communistes.
Les perspectives sont d'autant plus inquiétantes que plusieurs observations concrètes viennent confirmer l'analyse du professeur Roque. Aussi belle soit-elle, une théorie ne peut être raisonnablement admise si elle n'a pas fait l'objet au préalable de plusieurs tentatives de recoupements.
Or les faits sont indiscutables: au cours des années qui suivent immédiatement la crise du pétrole, le taux de laiderons a augmenté dans les mêmes proportions que le taux du chômage. Il n'est qu'à observer les courbes suivantes pour constater d'inquiétantes similitudes entre les deux phénomènes:
FIGURE 1
Évolution du taux de chômage

Sources: I.N.S.E.E., Paris
FIGURE 2
Évolution du taux de laiderons
Sources: Roque Institute, Genève
Pire encore, il semblerait qu'un troublant processus de mimétisme se soit déclenché au cours de ces premières années de crise. Après avoir affiné ses recherches, l'omniscient professeur est parvenu à classer les enfants de la crise en deux catégories distinctes qu'il a baptisées les "Concorde" et les "France"
FIGURE 3

Représentation schématique d'un visage "concorde"
FIGURE 4

Représentation schématique d'un visage "France"
Évidemment, notre ébouriffant savant a une théorie. Selon lui, les géniteurs de ces deux spécimens auraient été perturbés par l'échec commercial de ces deux fleurons de l'industrie française, et ce au point que la conception de leurs enfants en eussent été influencés.
Encore une fois, la théorie ne serait rien si elle ne résistait à l'épreuve des faits. Comme le disait le grand Clémenceau: "La laideur est une chose trop sérieuse pour être confiée aux fantaisistes". Nos ne sommes pas de ces apprentis sorciers qui prétendent soutenir des inepties en assénant des formules dépourvues de sens. Aussi produisons-nous ci-desous un graphique qui prouve de manière irréfutable qu'il existe bien une corrélation entre la proportions de visages "France" et les aléas de l'exploitation commerciale du paquebot. On y observe une augmentation progressive des cas recensés, et ce jusqu'à ce que l'état français décide de vendre le paquebot aux norvégiens. Une période de stagnation débute alors, bientôt suivie d'une forte reprise qui coïncide avec la mise en vente de la célèbre chanson "Ne m'appelez plus jamais France". C'est ce que les spécialistes nomment, dans leur jargon scientifique: "l'effet Sardou" (cf fig. 5)

Evolution du taux de visages "France"
Roque Institute, Bahamas
Que dire en guise de conclusion, si ce n'est que nous ne soupçonnions pas encore l'étendue des possibilités offertes par cette découverte? Nous avons modestement essayé de dessiner quelques unes des perspectives les plus probables. Non est hic locus de s'appesantir sur des considérations qui sont étrangères à la science pure. Mais à la lumière des éléments que nous avons apportés, il va de soi que la beauté devrait être considérée comme un facteur économique et social déterminant. Pourquoi ne pas imaginer, par exemple que la beauté soit cotée en bourse? cela permettrait peut-être d'introduire un peu de rationalité dans un domaine qui échappe trop souvent à la saine logique.
(Retour à la Revue) (L'Anticlopédie) (Le PDR)