Haïkus
Sylvie Freytag

Frühling

Die ersten Knospen
Sprießen auf den Zweigen :
Der Frühling wacht auf.

Von Baum zu Baum, hört
Man das fröhliche Zwitschern
Aller Vögelein.

Maiglöckchen blühen
In den ersten Sonnenstrahlen,
An allen Enden.

Sommer

Im brennenden Tag
Umhüllt mich die Sonne :
Wo find'ich Schatten ?

Am hellen Himmel,
Blühen goldene Sterne
Um den Mond herum.

Meine Träume flieh'n
Dahin, wie die Wolken nach
Sonnenuntergang.

Herbst

Ein kühler Wind bläst
In den tanzenden Blättern :
Novemberfreude.

Im herbstlichen Gold,
wirbelt mein Herz zur Erde
wie ein Laubregen.

Gespenstig schweben
All meine Gedanken im
Grauen Herbstnebel.

Winter

In der weißen Luft,
Flattern feine Schneeflocken,
federleicht, schweigend.

Alles ist verschneit :
Wiese, Wald, Berg, Bach, Pfad, Baum :
Leise fällt der Schnee.

In kahlen Bäumen,
in meinem leeren Herzen,
Rauscht ein kalter Wind.

Printemps

Les premiers bourgeons
Naissent sur les branches :
Le printemps s'éveille

De branche en branche, on
Entend le joyeux chant
Des oisillons.

Des muguets s'épanouissent
Dès les premiers rayons de soleil,
En tous lieux.

Eté

Dans le jour brûlant,
Le grand soleil m'enveloppe :
Où trouver une ombre ?

Dans un ciel clair, des
Etoiles fleurissent
Autour de la lune.

Mes rêves fuient tels
Les nuages après le
Coucher du soleil.

Automne

Un vent frais souffle
Dans les feuilles qui dansent :
Joie de novembre.

Dans l'or automnal,
Mon cœur tourbillonne jusqu'au sol
Comme une averse de feuilles.

Comme des fantômes,
Mes pensées planent dans le
Brouillard gris de l'automne.

Hiver

Dans l'air blanc,
Volètent de fins flocons,
Avec légèreté, en silence

Tout est enneigé :
Pré, forêt, montagne, arbre, ruisseau, sentier.
La neige tombe sans bruit.

Dans les arbres dénudés,
Dans mon cœur vide,
Chuchote un vent froid.

La revue improbable N°26, avril-mai 2003