Durant la guerre, premiers combats
De boue, mais debout

Lettre à Richard Ober
Alain Suied

Le petit d'homme doit dépendre des adultes et traverser des "stades" dont FREUD, ABRAHAM, FERENCZI, KLEIN, GRODDECK, GRUNBERGER et quelques autres ont dit l'ultra-violence, narcissique, archaïque ou ré-génératrice... Les sociétés sont mortelles, comme nous avons appris d'un poète, Paul Valéry, que les Civilisations le sont... La Guerre a été déclarée à l'Occident - et non le contraire mais l'Europe semble se trouver - vieillard pulsionnel et hagard - dans la situation du névrosé-lambda qui ne veut pas voir que l'humanité n'est constituée que de BOUE, mais que son honneur est de rester DEBOUT - en somme de devenir adulte et de ne pas NIER le Mal EN NOUS pour pouvoir le combattre lucidement quand il se présente incarné par des TYRANS utilisant l'aliénation et la faiblesse de leurs peuples pour se maintenir au Pouvoir...

L'Histoire rejoint ici "l'histoire personnelle": l'enfant se doute bien qu'il ne vient ni du "chou", ni de la "rose", ni du Ciel mais de la pauvre matière... Son narcissisme s'invente un autre "idéal", une fantasmagorie... Mais s'y tenir, c'est accepter ces "mondes-tombeaux" des schizophrènes dont parlaient Binswanger et (à sa suite) le romancier intuitif et paranoïaque que fut P.K. Dick. C'est accepter la confusion des valeurs: le Bien et le Mal sont différents - et leur opposition tourne bien autour du "narcissisme", car rester attaché au "fantasme", aux fantômes", c'est accepter de détruire l'autre et de rejeter le vivant!

Les "soixante-huit-ards" qui poussent les jeunes lycéens à manifester et qui laissent prospérer l'antisémitisme dans la République (vieille histoire? Retour du XIX ème s. au coeur de la Branchitude?) ont un problème en retard: leur relation au Mal. Cela s'appelle de l'Hystérie: l'in-capacité de "différencier"! Le Mal, c'est la Tyrannie, c'est Al-Quaïda, c'est les pousse-au-Crime Islamistes!

Notre temps délivre... non du Mal... délivre des primes au Mal! Chacun peut en faire l'expérience au quotidien... Nul besoin de se rendre en Syrie (la patrie d'ALOIS BRUNNER) ou dans les républiques Bananières du monde: Il prend sa source dans le refus de la condition humaine, dans les sinuosités de la Séduction, dans le meurtre psychique, dans la "mauvaise intention", dans l'Envie.. Et il se manifeste dans les MASQUES de la BANALITÉ, dans les hypocrisies aptes à DISSIMULER l'ultra-violence des "stades infantiles" sous les dehors de la civilité et de la parole-pour-ne-rien dire...

La Guerre contre l'Irak n'est qu'un début. Continuons le combat. Le seul combat qui soit urgent : contre nos propres illusions. Non, Saddam Hussein, Ben-Laden et leurs amis ne sont pas des héros - ce sont des criminels... de leurs propres peuples! Des "IDOLES" qui contrôlent leurs "gens" et leurs "fortunes" avec l'ironie glacée du Tentateur. Le "Paradis" contre la Mort.

Chaque personne est concernée dans son intimité, dans son histoire, dans sa relation avec autrui et avec les générations à venir: le "politique", c'est aussi cela - lutter contre la victoire de la pulsion et du narcissisme dans leurs formes archaïques en nous et dans l'histoire de ce que nous appellerons un jour "HUMANITÉ".

Quand nous serons DEBOUT, malgré la boue que certains font passer pour de l'or :leur "connaissance" du Mal pour le Mal mais pour LEUR "bien"!

La revue improbable N°26, avril 2003