Du plus loin que je me souvienne
Antonio Sara ( son site )


L
e visage qui m'a le plus manqué
N'est pas celui d'une mère, d'une soeur
Mais la caresse sans écho de la liberté,
Le chant merveilleux de cette épouse
Qui coule dans le sang ?
Fait vibrer les cellules,
Donne au partage la leçon de bonheur,
Au mouvement de la vie,
L'immuable grandeur
A l'amour,
Sa beauté con-sentie
A la souffrance,
Sa puissance divine
Au coeur,
L'innocence retrouvée
Au temps qui passe,
La gloire du devenir,
Le privilège de vieillir
Dans le pas éternel
Du ici et maintenant.

Souffle, magie du Très Haut,
Abandon de soi,
De ton prix élevé,
Le pardon né dans le corps et l'âme,
Révèle ton incommensurable
Beauté...
Et l'infini de Ton Amour.

L'effort et la grâce