La revue improbable

N°18, avril 2002

Forgive the dudgeon

"The dudgeon, which is ours, we must forgive"
"L'offense, qui est notre, nous devons la pardonner"

A RIGHTEOUS MAN, Edwin Muir (un de ses derniers poèmes)

Comment traduire, en français, ce terme "dudgeon" ?
Faut-il dire "offense" ? Faut-il dire "le puits de misère et de Mal creusé dans l'âme exilée" ? Faut-il dire "la faille, la faillite, la défaillance" ? Ou bien alors "la secrète blessure transmise de générations en générations" ?

Mais peut-être faut-il traduire "dudgeon" par ses conséquences, dont l'actualité nous donne chaque jour la consternante illustration, dans le réel, dans la chair des hommes ?

Et si pardonner le "dugeon" consistait également à traverser le désert intérieur, pour marcher vers les terres "ruisselantes de miel et de lait" ?
Avril, le mois de Pâques - Pesah - , le premier mois complet du printemps, est le mois du passage et de l'espérance. C'est pourquoi la revue d'avril présente pour le numéro 18 de nombreux poèmes et textes de bonne étoile...

POÉSIE
Nouvelles traductions de Dylan Thomas, par Alain Suied
.....De toute fleur
.....Celui qui manque

Mélodie, à la mémoire de Myriam Hugon-Wahl. Alain Suied
Jacob, chanson au bord des âmes. Alain Suied
Dans la ville. Alain Suied
(Quatrième de couverture d'un recueil à paraître en mai 2002 aux Édition Dumerchez)
Nouveaux vers gnomiques de William Blake. (Tr. Alain Suied)
Voici les nouvelles perles de sagesse de celui qu'on prit souvent pour un fou, l'auteur d'une épopée spirituelle, épris de liberté et amoureux fou, le grandiose William Blake. Nous rappelons à nos lecteurs que les Édition de l'improbable ont publié un essai d'Alain Suied sur Blake et Dante, qui propose une perception remarquable de ce qui unit et sépare les deux poètes, dans les profondeurs et les hauteurs.
D'immense.... Théophile
Un poème-prière.
Abel et Caïn. R.O.

CONTE
La moisson est abondante et les ouvriers sont assommés, II (deuxième partie)
(voir ici la première partie)

ESSAI
Respons-ables. Alain Suied
Catharsis ou purification, le théâtre de la cruauté ou le bain dans le Jourdain R.O.

LECTURES
"Le champ de gravité" Alain Suied
Le dernier recueil d'Alain Suied est une formidable invitation à se "tenir droit", à se tenir au rayon de lumière qui, descendant du ciel, y remonte par nos yeux.
"Le champ de gravité" évoque la parturition (voir à ce propos : La parturition musicale ) de l'âme, ou la naissance au monde Réel.
Le vide, poursuit la réflexion autour du champ de gravité.
"Je vois Satan tomber comme l'éclair" de René Girard.
René Girard a perçu comment le "désir mimétique" devient le "scandale" avant de se résoudre contre un "bouc-émissaire". Sa pensée vigoureuse, et rigoureuse, ne s'égare point dans les théories abstraites et oiseuses mais analyse lucidement le Mal et la violence dans les mythes et les sociétés, avant de démontrer que la Bible est une source de vie, le remède à la fatale transmission des "scandales"! (R.O.)
"Cinéraires" de Miriam Silesu.
Édition Lettres Vives
Les carnets d'une jeune fille tenaillée par l'Absence qui témoignent de la brûlure de l'infini et de la douleur du fini.
"La femme-poème" Lecture de Marina Tsvetaieva par la romancière Linda Lé, Aux Éditions Jean-Michel Place. (Alain Suied)

MUSIQUE
La partition Biblique. Alain Suied
Texte sur le diapason du monde.
Association le Triptyque
(ouverture d'un fenêtre volante),
organise le 25 mai un concert en Hommage à Pierre d'Arquennes.
A cette occasion, nous vous présentons une nouvelle partie de la Revue qui lui est dédiée en site autonome : Triptyque.


Richard Ober


Vous pouvez nous écrire à cette adresse
: Revue.improbable@wanadoo.fr

Vers les Edtions de l'improbable