Miriam Cilesu
CINERAIRE
Préface de Claude-Louis Combet
LETTRES VIVES EDITEUR (M.Camus et C.Tiévant) 70 P. 12,96 euros
LECTURE
Alain Suied

LA PAROLE BRULE

"Ne vous inquiétez pas de l'innocence, elle vous retrouvera."

Pourquoi certaines paroles vous brûlent-elles d'un feu intérieur?Pourquoi certaines voix de la Poésie Féminine semblent-elles plus subtilement, plus gravement et plus organiquement porter nos secrets les plus profonds?
En 1999, le suicide d'une jeune fille de 20 ans ne laisse qu'une trace : un épais cahier de notes. Claud-Louis Combet en présente un choix attentif.
La surprise est de taille : voici la dure et précise parole de MIRIAM SILESU, une prose poetique souvent centrée sur le thème de la mort mais plus particulièrement sur la certitude de sa présence et de son exigence. --
"Je suis là - folie d'étoile". ..Et il faut écrire pour "faire remonter les noyés", pour garder mémoire du néant, pour affronter l'absence et la séparation - qui nous transforment en pierre, en détresse sans recours.
"On dirait que nous sommes le centre nerveux d'un organisme invisible"...Qu'a vu et perçu cette poétesse? Pourquoi cette lucidité va-t-elle la détruire? Pourquoi cet imparable, irréparable refus d'une vie qui manquerait à l'Absolu, à la vérité, à la passion première?
Nous sommes face à ces éclats de poésie et leur incandescence est celle d'une étoile morte et incroyablement présente.
Vraiment, sommes-nous "seuls" comme Dieu, déchirés comme l'impossible "plénitude", dévorés par notre propre faim, abîmés par uri désir qui ne sait pas encore se sublimer dans l'amour?
"Nous ne cessons ainsi d'interpréter le silence du monde parce que nous ne sommes pas allés au discours d'ouverture à l'aube du septième jour. Depuis nous avons essayé de nous rattraper avec nos messes dominicales,mais c'est trop tard, Dieu n'est pas dupe et ce qu'on a pas su on ne le saura jamais. Il fallait être là."
La poésie de Miriam Silesu interroge notre sens du réel, de l'espace, nos valeurs et nous invite à penser l'absence de l'être. Elle ne se laisse pas oublier.