Lever du jour radieux
Richard Ober
à Yvane Barette (Site: L'effraie)

La Révélation n'est pas un dévoilement,
ou une mise à nu (comme d'arracher
le vêtement pudique de la matière en scrutant l’atome
ou se partager le manteau du Sauveur
au hasard d’un coup de dés)
mais lever du jour radieux de la Réconciliation,
dissipation des brumes du mensonge
et ouverture des portes de Jérusalem.

Tout commence dans la nuit du divorce
et du carnage, nuit fatale d’expiation
sous le fer du tyran, par une naissance
en un lieu bien caché, à l’abri des crocodiles
(mais connu des bergers et des rois-mages).
Tout commence dans le silence et la paix
dans la pénombre des cryptes
et la douce lumière des chandelles.

Tout commence par le Pardon et l'Appel
au jour radieux de la Réconciliation
- dans nos rues, la Révélation !-
par un acte de foi et un coup d'audace,
-le coup de folie de la pauvre femme
qui, suivant le Fils de l'Homme,
mais n’osant pas venir de face,
effleura furtivement son manteau.

Loin des insolence guerrières et industrielles,
la Révélation perce les coffres-forts
de nos coeurs et dégage le Trésor
qui ternit les piècettes des greniers.
La Révélation montre ici-bas l’or du ciel
avec la subite évidence du soleil de juillet
et la brusque netteté de la place
balayée par une bourrasque.