Ombres capturées
Alain Suied

D'un autre monde recevons-nous
les signes indéchiffrables et la mort
n'est-elle qu'un code inconnu?
Ombres, je connais votre pays.
Je parle votre langue étrangère,
enfant, j'ai dû ramener à l'épaule
un frère, une femme capturée
qui m'en veulent peut-être
et réclament votre royaume oublié.
D'un autre monde et pourtant familières
les ombres ont la teneur des rêves
et le grain des peaux resouvenues.
Ombres, je connais votre pays,
j'ai dû parler votre langue perdue.
J'ai partagé le pain de l'étoile
équarrie.

La revue improbable N°24, décembre 2002