Mes pas
Vanessa Duval-Gagné

Vers qui mes pas de leur sagesse
Toucheront-ils jusqu'à la détresse
Même le cœur n'est que flore à l'aube
Des songes marioles
L'astre de ma carcasse parallèle aux étoiles du Niagara
Sous les chutes des sarcasmes de prose
L'homme n'est -il pas qu'une seule chose en deuil
Pour qui seront les aïeux
Si de l'aurore il ne reste qu'une pétale fade sans squelette ni flair
Plus de battement pour l'enfant
La déchéance d'une veine
Saignante est le reste de notre sagesse
Pour les bambins

La revue improbable
N°29, octobre-novembre 2003