Vessies et lanternes (I)
Richard Ober

On ne cesse depuis le début de la seconde Intifada, au fur et à mesure, dans la proportion très exacte des agressions antisémites commises en France, de nous expliquer qu'il ne faut pas "importer le conflit Israëlo-palestinien en France", qu'il ne faut pas que les "communautés se dressent les unes contre les autres".

ON, c'est l'ensemble de l'échiquier politique - ON c'est tout ce qui pense (bien) en France.

Pourtant ce que JE vois, MOI, c'est que les Juifs sont menacés, insultés et attaqués dans la rue, rackettés dans les écoles; ce que je vois ce n'est pas l'importation du "conflit Israëlo-palestinien " - auquel cas les Juifs sauraient très bien se défendre - ce que je vois c'est l'importation en France de la folie furieuse anti-juive propagée dans le monde Arabe (où le "protocole des sages de Sion" est un grand succès de librairie), relayée par des Imams en France (qui, au passage, ne se gênent pas pour affirmer leur volonté de "régénérer" l'Occident par l'Islam), reçue par les paraboles des cités et mise en actes, mise en agressions, au bout du compte, par de jeunes voyous.

Ce que JE vois, MOI, c'est que la France a importé l'obsession (la jalousie) morbide du monde Arabe contre Israël, contre les Juifs ET contre l'Occident.

Et quand cette obsession rencontre ici la vieille haine de soi, c'est-à-dire le gauchisme - le prurit révolutionnaire compulsif, le romantisme des barricades, l'ENNUI pour tout dire - et s'organise, se rationalise, s'idéologise, cela donne une coalition des ressentiments où la bêtise braillarde le dispute à la haine absolue, une force parfaitement nihiliste (un symptôme de l'effondrement spirituel de la France): l'Islamo-gauchisme.

La "conversion" à l'Islam révolutionnaire de plusieurs terroristes (au premier rang desquels Carlos - Le "révolutionnaire professionnel" ) l'avait annoncé, les manifestations pour le voile après les rencontres du forum social européen (où les partis et associations d'extrême-gauche ont convié le leader Islamiste T.Ramadan à s'exprimer) ont mis en lumière de manière incontestable la création de ce front du ressentiment.

La revue improbable
N°30, décembre 2003-janvier 2004