Le poète
Edwin Muir

(adapté par Alain Suied)

Et dans la stupéfaction
ma langue racontera
ce que l'esprit n'a jamais signifié
ce que la mémoire n'a jamais conservé.
La parabole de l'Amour
fut envoyée au monde
pour que nous puissions bégayer son nom.

Ce que jamais je ne saurai
c'est ce que je dois enseigner.
Là où jamais ne fut nul voyageur
là est mon voyage.
Chère désincarnation
à travers toi sont montrées
les formes passagères
qui vont et viennent.

Doute: envoyé-du-Paradis
si la pensée pouvait dérober
un seul mot du mystère
tout serait faussé.
Imagination, tu es bien plus fidèle
toi qui peut croire en l'Immortalité
et composer un chant!