PIERRE-YVES SOUCY
FRAGMENTS DE L'EVEIL
Editions APOGEE,
11 RUE DU NOYER 35000 RENNES -
F 80 P., 12 E.
LECTURE
Alain Suied
Poésie

Un vide que rien n'apaise

"Quand on a mission d'éveiller,on commence par faire sa toilette dans la rivière. Le premier enchantement comme le premier saisissement sont pour soi."
René Char

"Et dans le coeur les paysages sans nom/le matin découvert" : cette citation de Pierre REVERDY orne (avec un texte d'Hermann BROCH) le seuil du nouveau recueil de Pierre-Yves SOUCY, poéte de Bruxelles et d'origine Canadienne. Il nous invite à imaginer "d'autres géographies", d'autres espaces - et pourquoi pas cette aurore qui hante le coeur et l'âme du poète - comme du musicien: songeons au "Lever du jour" Ravélien! - ce matin initial et initiatique où "l'éveil" de l'humain serait au diapason d'un monde "sans nom" et sans "géographies" arbitrairement découpées.Un monde natal et désertique au coeur de l'interrogation essentielle - "vives coulées de lumière/sur les levres que retient le souffle/en attente"...
Poésie spatiale, où la page est presque pa(ysa)ge, cette poésie dit les larmes, l'insomnie, l'humain comme autant d'ombres "qui s'égarent" mais la conscience de l'éveil reste le moment vital même si "rien ne prépare à ce qui dure"!
"un espace plus réel que nos mains" et où "ce qui est/détourne lentement les entailles du vide".... Poésie de l'enfance saccagée, dont les rêves hantent encore l'adulte, cette parole espère dans les forces de l'ÉCOUTE. Il faut que "le jour glisse entre les mots". Il faut que l'écoute survienne et déchire le voile de l'oubli et de la nuit des hommes...Même si ne demeure que "l'ultime nostalgie" de l'ERRANCE.
Meme si le centre a "disparu".
Même si c'est le "silence qui vient".
Même si l'homme oublie l'humain.
Même si "rien ne parle/pourtant des mots vibrent/que les désirs démembrent/à bout portant".

La parole, n'est-ce pas cette conscience vivante et tragique du vide - mais un vide qui appelle et fonde la parole?