Je demande au feu
Jacques Kindo
(extrait de L'ange du mouvement)

Je demande au feu de détruire mes envies rances
Je devine un bruit de passage au fond de la fumée
Comme le sommeil transfiguré en clarté
Ma sérénité frémit à peine, laissant la beauté des astres
Intacte dans mon regard effleuré
Par un genou blanc, plusieurs coquelicots, un hiver merveilleux 

Une rumeur de canicule méprise ma peau
Léger manteau, aux inquiétudes futiles
Et donne en proie à mon désir
Une source, une nuit, une rivière sans fièvres.

La revue improbable
N°27, juin-juillet 2003