Stephan Hertmans
Comme au premier jour
roman traduit du néerlandais par Danielle Losman Christian Bourgois éditeur - 245 P., 21 E.

LECTURE
Alain Suied
roman

CHAOS

Né à Gand en 1951, Stefan Hertmans, poète et romancier, signe une oeuvre appelée à frapper resprit et la mémoire: " Comme au premier jnur " s'avère une de ces aventures d'écriture où l'auteur s'engage aux confins de ce qu'il nous est donné d'apercevoir de l'inconscient.
Le narrateur reçoit de son grand-père un tableau ("Paysage aux oiseaux") qui représente une basse-cour et laisse deviner la violence et le chaos du vivant sous les apparences colorées de la "représentation".
C'est - en droit fil des oeuvres picturales Flamandes (Bosch est évoqué d'emblée) du Moyen-Age - la figure du Diable qui se laissera deviner au long des réminiscences (symbole célèbre de l'Hystérie) et des aventures du héros.
Diable "contemporain" qui change un regard d'amour en cauchemar relationnel, qui utilise les "faiblesses" du passé" (infantile et phylogénétique) pour vampiriser le présent, qui transforme la quête de l'Image sublime en catastrophe...
"Comme au premier jour" - mais était-il de douceur et de beauté ce "premier" jour? Ou disait-il une violencet errible, liée à la teneur même du destin humain? Peut-être le narrateur n'a-t-il jamais fait que "fuir, hors de et dans cette scène originelle, dehors et dedans, interminablement, livré à une même énergie sans but"? Dans la lumière de l'origine", l'obscurité "hurle-t-elle déjà"?
La spirale de la vie va-t-elle "monter" ou "s'effondrer", saisie par la défaillance des êtres et le "péché"?
Un dieu va-t-il enfin se préoccuper de notre monde d'après la Catastrophe - ou avons-nous définitivement quitté le Moyen-Age et le Bien est-il peu à peu effacé par le Mal?
Stefan Hertmans répond.... sur le plan esthétique - par une écriture vive, saisissante, exacte, qui reste le seul espoir de ce roman exceptionnel.


La revue improbable
N°27, juin-juillet 2003