De l'autre côté
Alain Suied

I

Attention, de l'autre côté
il n'y a rien. J'en reviens.

Ni désir, ni rêve ni même leur retour.
Et la terreur d'exister ajoué son dernier tour.

J'en reviens. De l'autre côté
il n'y a plus de liens.

Il y a un visage.
Il n'a pas d'ombre ni de reflet.

II

Il y a un visage.
Je suis égaré dans sa lumière.

Je dois revenir
du côté des vivants.

Je traverse la frontière
et je cherche ton regard absent.

De l'autre côté sauvage
un feu m'a brûlé.

C'était la griffe acérée
de tes yeux sans partage.

III

De l'autre côté, il n'y a rien
ou peut-être une blessure?

Un regard oublié, qui revient
ou sa mélancolie sans mesure?

Je me penche au bord du vide
et soudain ton absence a un poids.

C'est une trace inaperçue, ride
sur la face des eaux une voix

qui souffle soudain du passé
le vent muet de l'autre côté.

La revue improbable
N°27, juin-juillet 2003