Par les sombres rivières
by the rivers dark, Leonard Cohen
traduit de l'américain par Alain Suied

Par les sombres rivières
j'ai erré.
J'ai passé ma vie
à Babylone.

Et j'ai oublié
mon chant sacré:
j'ai perdu ma force
à Babylone.

Par les sombres rivières
je n'ai pu voir
qui patientait en secret
qui me pourchassait.

Et j'ai blessé ma langue
et blessé mom coeur.
et je n'ai pas même pu boire
l'eau de la sombre rivière.

Il m'a recouvert
et j'ai vu du dedans
mon coeur sans loi
et mon anneau de marriage.

Je n'ai pas su
et je n'ai pas vu
qui patientait en seret
qui me pourchassait.

Par les sombres rivières
j'ai pris peur.
J'ai fini par appartenir
à Babylone.

Alors Il a frappé mon coeur
d'une force mortelle
et Il a dit "ce cœur
ce n'est pas le tien!"

Et il envoya au vent
mon anneau de mariage:
et il nous emprisonna
dans le monde.

Par les sombres rivières
dans une aube blessée
je vis ma vie
à Babylone.

Même si mon chant
s'élève d'une branche asséchée
mon chant et mon arbre
chantent pour Lui.

Que la vérité reste inconnue
et que la Bénédiction soit perdue
si j'oublie
ma Babylone.

Je ne pouvais savoir
et je ne pouvais pas voir
qui patientait en secret
qui me pourchassait.

Par les sombres rivières
où tout s'écoule
par les sombres rivières
de Babylone.

(extrait de TEN NEW SONGS - Columbia - Sony music)

La revue improbable
N°27, juin-juillet 2003