Opération
loft!

Obligés de s'enivrer pour survivre,
ils n'ont pas le choix

Un groupuscule révolutionnaire ultralibéral détient cinq filles et six garçons !
Otages au vu et au su de tous, que fait la police ?
Un groupuscule haineux aux thèses ultralibérales Des ravisseurs déterminés
A la stupéfaction du monde libre, un mouvement inconnu, dénommé M6 (certainement par un sinistre rapprochement avec le fusil M16), aurait capturé plusieurs jeunes français en les appâtant avec de l'argent et menacerait de ne les relâcher que dans 70 jours ! Plus cruel encore, des caméras les filment sans interruption, ni leur concéder la moindre intimité !
Des millions de téléspectateurs peuvent de la sorte assister aux traitements dégradants qui leurs sont infligés!
Y a-t-il des limites
aux bornes ?

Les otages sont obligés de passer au "confessionnal", ce qui incite certains analystes à soupçonner le groupe M6 de collusion avec des sectes américaines, dans un exercice qui évoque à la fois les procès en inquisition et les purges staliniennes.
Les malheureux jeunes gens doivent aussi se soumettre à la délation, à tour de rôle ils jugent et condamnent leurs amis codétenus. Pire: subissant le syndrome de Stockholm,
les otages libérés remercient leurs ravisseurs de la notoriété acquise !
Un traitement inhumain!

On a pu voir comment les geôlier se plaisaient à humilier leurs otages en leur imposant de se trémousser ivre sur une musique dite disco dont tous les experts expliquent qu'elle est nocive pour la digestion et provoque des accès maniaques. Des témoins affirment même que les détenus seraient tenus de se livrer à la débauche, sous peine d'être exclus ou expulsés
vers le grand vide. Cette perspective les plonge le plus souvent dans une grave dépression réactive.
Que fait la police?
A notre plus grand étonnement, les autorités policière semblent se désintéresser totalement du sort de nos compatriotes détenus par
ce groupuscule ultralibéral.
Aucune enquête, pas de cellule de crise, nul soutien aux familles qui doivent même se rendre régulièrement au siège de la secte pour
se livrer à de pitoyables simagrées !
Livrés à eux-même,ils essaient du mieux qu'ils peuvent de défendre leur progéniture face à la haine des idéologues extrémistes. Le silence des plus hautes instance de l'état pourrait laisser imaginer que les preneurs d'otages disposent de soutiens bien placés…
Demande de rançon ?

Malgré toutes nos tentatives, nous ne sommes pas parvenus à découvrir quelle était la nature des exigences du groupuscule.
Polytique?Phynancières?
Symboliques ?Une rumeur suggère que plusieurs grandes sociétés françaises et étrangères auraient été contactées, seules ces entreprises seraient à même de payer la rançon….mais nous n'avons pas confirmation par le ministère de l'intérieur qui, par ailleurs, s'obstine à nier l'évidence. Selon lui ces jeunes seraient libres et responsables! Et pendant ce temps Big Brother assure sa propagande auprès de millions de jeunes!
O.R.

Revue improbable / N°7