La revue improbable

N°17, mars 2002, poésie.

flèches vers l'infini

Le numéro de mars 2002 est entièrement consacré à la poésie : inédits d'Alain Suied, de M. Arriz-Tamza, de Théophile, de R.O., traductions de Martin Doyle (anglais, Irlande) et d'Arnaud Daniel (occitan) et, enfin, lectures.

Sommaire

Alain Suied : Trois textes inédits, un Copla, un Lied et un conte .
La poésie d'Alain Suied est appelée Génésiaque par Raphaël Draï (voir la présentation
).
Nous ajouterons qu'elle parvient, dans la douloureuse infirmité de la langue, à ce presqu'inaccessible : exprimer le plus mystérieux recueillement de l'âme où l'amour fait, en le nommant, (selon ses termes dans Penser avec l'autre) "exister l'autre, messianique, au fond de nous".
A NOTER : Alain Suied publie "Le champ de gravité" aux éditions "Lettres Vives" animées par MICHEL CAMUS.
Par ailleurs, il est désormais joignable à cette adresse électronique : alain.suied@laposte.net


M. Arriz-Tamza : conteur, comédien et auteur de théâtre. Nous accueillons avec joie ses poèmes, âpres et dépouillés, témoignant d'une quête intérieure sans concessions, d'un désir de désert, de la brûlure de l'appel et d'un noble effort pour y répondre.
La forge du destin
, Existence, La coupe, Dialogue du fou et de la chandelle,

Martin Doyle (1948-1997) : fut un voyageur, un artiste (dessinateur et joaillier) et un poète mais avant tout un homme attentif au mystère des êtres et de la vie, joyeux et spirituel, un homme de bien.
Nous sommes heureux de vous présenter trois traductions : Erin (Irlande), This life (Cette vie) et Houses in the village (Maisons dans le village) et remercions Solange, Claire et Tony qui nous ont permis de connaître et de proposer ces textes aux lecteurs de la revue.

Théophile : connaisseur des abîmes et des hauteurs, survivant par la grâce d'une force inconnue, il nous offre aujourd'hui un nouveau poème : Au milieu du silence.

Richard Ober : la vision des Pyrénées en gloire, comme soulevées de lumière, lui a inspiré Le passage du Roi. Naaman, comme Méditations divines de John Donne, évoque l'aspiration au bain purificateur. La moisson est un conte où l'on voit un bon Maître consterné par la lésine et la division de ses sujets, pourtant libres. Homéostasie est un terme emprunté au vocabulaire biologique, qui signifie "adaptation à son milieu", mais consacré à l'homme.

Arnaud Daniel : gentilhomme de Ribérac, en Périgord, admiré par Dante et Pétrarque, Arnaud Daniel fut un maître du Trobar Ric, jonglerie verbale et polissage de la langue. La pièce ici proposée est En cest sonnet coind'e leri. Oeuvre d'affineur dont les interprétations peuvent s'orienter, outre la traditionnelle exaltation de la Dame, vers la Mystique ou l'Alchimie, c'est un joyau dans le trésor des Trobadors.

Lectures : par Alain Suied,
Artistes et poètes de leurs vies - Patrick Maury : Petites métanies du temps (Poésie) - Itzhak Goldberg : JAWLESKY ou Le visage promis (peinture)
Lyrisme et raison - Eric Brogniet, Poèmes I et II
Le courage de chaque destin - Michel Manoll : Si proche du silence - Richard Ober : Compostelle

R.O.


Vous pouvez nous écrire à cette adresse
: Revue.improbable@wanadoo.fr