En cest sonnet coind'e leri
En cette aimable et joyeuse chanson
ARNAUTZ DANIEL

En cest sonnet coind'e lèri
Fauc motz e capug e dÒli,
E seran verai e cèrt
Quan n'aurai passat la lima ;

Qu'Amors marves plan' e daura
Mon chantarn que de lièi mÒu
qui prètz mantèn e govèrna

Tot jorn melhur et esmèri,
Car la gensor sèrv e coli
Del mon, çÒ'us dic en apèrt.
Sieus sui del pè tro qu'en cima,
E si tot venta ilh freid' aura,
L'amors qu'inz el cÒr mi plÒu
Mi ten chaut on plus ivèrna.

Mil messas n'aug e'n proferi
E'n art lum de cera e d'Òli
Que Dieus m'en don bon issèrt
De lièis on no'm val escrima ;
E quan remir sa crin saura
E'l cÒrs gai, grailet e nÒu
Mais l'am que qui'm dès Lusèrna.

Tan l'am de cÒr e la quèri
qu'ab trÒp voler cug la'm tÒli,
S'Òm ren per ben amar pèrt.
Que'l sieus cÒrs sobretacima
lo mieu tot e no s'eisaura ;
Tant a de ver fait ren
Òu
Qu'obrador n'a e tavèrna.

No vuÒlh de Roma l'empèri
Ni qu'
Òm m'en fass' apostoli,
Qu'en lièis non aja revèrt
Per cui m'art lo c
Òrs e'm rima ;
E si'l maltrach no'm restaura
ab un baisar anz d'an n
Òu,
Mi auci e si enfèrna.

Ges pel maltrach qu'eu sofèri
De ben amar no'm dest
Òli,
Si tot me ten en desèrt,
Qu'aissi'n fatz los motz en rima.
Pièitz trac aman qu'
Òm que laura,
Qu'anc plus non amèt un
Òu
Cel de Moncli N'Audièrna.

Ieu sui Arnautz qu'amàs l'aura
E chatz la lèbr' ab lo b
Òu
E nadi contra subèrna

En cette chanson aimable et joyeuse
J'ouvrage des mots rabotés et polis
Qui seront véritables et certains
Quand j'aurai passé la lime ;
Puisqu'Amour céans dore et aplanit
Mon chant, inspiré par celle
qui conduit et donne prix et valeur..

Tout le jour je m'améliore et m'affine,
Car de la plus charmante entre toutes
Je suis le serviteur, soit dit en toute franchise.
Des pieds à la tête je lui appartiens,
Et quand bien même toutes froidures me glaçeraient
L'amour qui déferle en mon coeur
Me réchaufferait au pire de l'hiver.

J'en ferais dire mille messes
Et allumerais cierges de cire et d'huile
Afin que Dieu me donne succès
Auprès de celle qui désarme toute résistance ;
Et dans mon éblouissement devant sa blondeur
Son coeur joyeux, jeune et grâcieux
Je l'aime plus que qui m'offirait Lucerne

Tant je l'aime et la chérit de tout mon coeur
Qu'à trop la désirer je me la déroberais,
S'il était possible de perdre pour trop aimer !
Car son coeur submerge le mien
Et ne reflue point ;
Elle m'a tant amendé
qu'elle dispose de l'atelier et de l'ouvrier.

Je ne veux de Rome l'Empire
Ni qu'on m'en fasse Pape
Si je ne devais revenir vers celle
Par qui mon coeur s'enflamme et se dévore.
Et si elle ne daigne remédier à mon mal
Par un baiser avant l'an neuf
Elle sera cause de ma perte.

Les souffrances que j'endure
Ne me détournent de bien aimer,
Si elles me maintiennent en un désert
Elles inspirent également mes vers.
Je peine plus d'amour qu'homme de labeur
Car nul ne fut plus épris que moi, pas même
Le sire de Moncli pour Dame Audierne.

Je me nomme Arnaud, celui qui amasse le vent
Chasse le lièvre avec le boeuf
Et nage à contre-courant.

Texte en Occitan, R.Lavaud (Anthologie des troubadours, 10/18, 1979),, adaptation R.O
Notule: Les trois derniers vers sont interprétés comme montrant la difficulté de l'entreprise amoureuse du poète.
Mais l'on pourrait y voir le jeu et la
conscience de l'impossible satisfaction d'une passion idéalisée à l'extrème.