A Raphaël Draï
Alain Suied

Raphaël a bien voulu me définir du bel adjectif : poète Génésiaque...J'espère mériter une telle référence (et chacun est libre de trouver dans cette espérance un orgueil absurde...). Mais dans tous les cas, je dois tempérer cette magnifique approche de mon travail.
Les infinies profondeurs de sens de la GENÈSE nous disent la finitude de l'homme, le passage des générations, la transmission, la connaissance périlleuse, l'imprononçable divinité et l'aliénante langue humaine.
En tant que poète, je cherche à formuler l'Origine.
Mais en tant qu'être vivant à une époque donnée, dans une langue donnée, dans des conditions spécifiques, je ne peux que savoir et regretter que l'Origine est déjà perdue, infiniment future, infiniment incarnée dans la messianité d'un seul regard vivant et aimant.