La machine tutélaire
Richard Ober

...Depuis la naissance jusqu'à la mort, en passant par la maladie, tout les événements sacrés et douloureux (hormis la violence brute de l'agression ou de l'accident) se passent désormais dans l'univers aseptisé, rassurant et neutre de l'hôpital.

...Cette dissimulation de la souffrance, de la naissance et de la mort, à mettre en parallèle avec la glorification et l'exhibition des corps et du désir me semble une forme précise de la schizophrénie moderne ! Ou bien une forme du puritanisme contemporain, une sorte de dualisme : la chair est sale quand elle souffre et belle quand elle désire ! Étrange retournement…

...Tout se produit en fait comme si la machinerie médicale pouvait nous protéger du mal physique, et dans le domaine de l'esprit les machines-ou les systèmes de pensée (quelle vilaine expression !)-sont elles aussi devenues nos protectrices contre le Mal tout court.

...Même dans le domaine militaire, où l'affrontement face-à-face, corps-à-corps reste incontournable, nous nous en remettons aux machines- parmi lesquelles est privilégié l'avion, la maîtrise du ciel.

...La machine tutélaire veille sur l'occident !

...Du moins tant que les occidentaux savent la faire fonctionner !
...(Dans le passé, par exemple, les hiéroglyphes furent oubliés, de même avons-nous perdu la technique de fabrication des vitraux, il s'agissait là de secrets qui se transmettaient d'initiés à initiés-mais les secrets nucléaires ou chimiques ne sont-ils pas du même ordre, occulte ?).