ATTENTION, CECI EST UN DINOSAURE
UNE CHIMÈRE DIVINISÉE
Selon les Aztèques, l'avènement d'une nouvelle humanité avait été rendu possible par le sacrifice volontaire de Quetzalcóatl. Quèsaco, Quetzalcóatl ? C'est le dieu serpent à plumes. Autrement dit, une chimère qui rassemblerait les caractéristiques du serpent et du quetzal,
un oiseau des forêts du Mexique et de l'Amérique centrale.
LA VENGEANCE DU SERPENT À PLUMES

 

En 1861, des tailleurs de pierre
découvrent en Bavière
un étrange fossile,
vieux de 140 millions d'années.
Embarassés, les savants y voient d'abord
les restes d'un petit dinosaure carnivore.
Mais il y a une anomalie : des plumes fossilisées entourent le squelette.

Doté de nombreux caractères reptiliens,
cet animal, que l'on nomme
"Archéoptérix", plaide en faveur de
l'origine dinosaurienne des oiseaux.
D'autres dinosaures à plumes
ont été découverts en Chine,
le plus répandu étant le
"Confuciusornis sanctus".

QUAND LA RÉALITÉ REJOINT LE MYTHE
L'Archéoptérix inspira Alfred Jarry, qui en fit le fils naturel du père Ubu.
Mais en dépit de cette généalogie quelque peu fantaisiste, il faut admettre que cette découverte représente un rapprochement inattendu du mythe et de la réalité.
Les paléontologues ne s'y sont pas trompés, puisqu'ils ont choisi de nommer "Quetzalcoatlus" la plus grande créature volante de tous les temps.
Paradoxalement, il s'agit d'un ptérosaure, reptile dépourvu de plume et dont le vol s'effectuait grâce à un patagium (membrane dont disposent aussi les chauve-souris).
Peut-être eut-il été plus judicieux de choisir un dinosaure à plumes
pour rendre hommage au dieu Quetzalcóatl ?
UNE RÉHABILITATION DU PAGANISME ?
Une chose est certaine : le dieu des Aztèques a encore des adeptes. Le 7 janver 1986,
Paul Mac Cready fit voler une reconstitution électromécaniqe du Quetzalcoatlus.
Quetzalcóatl, dont les statues ont été détruites ou enterrées par les conquistadors,
se serait-il réincarné en robot ? Est-il revenu pour se venger ?
L'Eglise chrétienne ne devrait-elle pas s'inquiéter de ce regain de paganisme ?
Dans La Controverse de Valladolid, de Jean-Claude Carrière,
une statue de Quetzalcóatl est produite devant un tribunal de théologiens,
afin de prouver l'absurdité des croyances indigènes.
Toutefois, nous ne disposons pas,
en l'état actuel de nos connaissances, d'un fossile du Christ.

"C'est le mythe transformé en pierre, du temps pétrifié qui survit au passage
du temps lui-même"
(Eduardo Matos Moctezuma, Trésors de l'art au Mexique, 1995,
La Bibliothèque des Arts, Lausanne, p.29).

 

Docteur Crastes

LE MOT DE LA FIN
Quetzalcóatl : Ta chimère à plumes devant le prisu (centre ville de Mexico)