68 ards et 48 ards
Richard Ober

Les 68 ards ressemblent de plus en plus aux 48 ards du XIX ème siècle, leur Révolution et leurs "idéaux" n'étaient autre qu'une impatience à s'emparer du pouvoir et une hâte à se livrer au partage du gâteau.
Chaque génération, vers 50 ou 60 ans, finit par accéder aux responsabilités, et donc à un pouvoir qui est plus source de soucis que de plaisir, mais les 68 ards ont le sentiment de posséder le sceptre depuis toujours, persuadés qu'ils sont de l'avoir subtilisé sur les barricades, après avoir fumé moult joints et longtemps blablatté dans des A.G. contrôlées par les maoïstes ou les trotskistes!
Ils s'obstinent à défendre un modèle libertaire, dans le temps où leur rôle serait de conserver la société afin de la transmettre aux générations suivantes! Incurables adolescents, ils sont aussi mal à l'aise avec leur autorité d'adultes presque vieux qu'ils ne l'étaient avec l'autorité de leurs parents.
En fait, ils ont refusé le contrat générationnel, c'est à dire qu'ils n'ont pas voulu attendre et que maintenant ils ne veulent pas transmettre, c'est une génération de la destruction et du refus, bel et bien de la rébellion.
Comme chaque génération, je crois qu'ils assisteront à l'effondrement total de leurs "idéaux" de jeunesse, et qu'ils seront contraints de subir les conséquences de leurs errements - ils ne voulaient pas de la famille, du couple, de la société, de la patience, de la religion, de la nation ils récolteront la solitude, l'abandon et verront d'autres rebelles, islamistes, les mépriser totalement au nom de la discipline, d'Allah et de la virilité! Ils voulaient du "sympa" et du "cool" ils auront de la violence et du "hard", l'avortement qu'ils ont prôné leur reviendra en pleine figure par l'euthanasie.
Bref, ils ne voulaient pas du père, ils auront le tyran. A moins que....

Car dire non au Décalogue, c'est dire oui à Pharaon.

Et voilà que certains des 68 ards, parmi les plus "magiques", veulent faire passer leur Non au Décalogue pour un Oui au Christ! Comme si notre Sauveur était opposé à Notre Père!

Archives de la revue improbable