DYLAN
une parole intraduisible en anglais

Alain Suied
présentation du spectacle "Dylan Thomas"

conçu par JoŰlle Cousinaud (dans le cadre de la manifestation Lettres d'échange)
Lecture : Yves Ferry ; coordination artistique : Christophe Guichet ; musique : Jean-Marie SÚnia
PREMIÈRE : le 7 octobre à Bordeaux (cf http://membres.lycos.fr/lecerac/ )

DYLAN THOMAS (1914 - 1953) n'écrit pas seulement à l'intérieur de la langue Anglaise : il écrit à travers l'imaginaire Gallois, à travers la vision particulière du poète (qui s'adresse souvent à d'autres poètes par des références discrètes aux oeuvres de ses prédécesseurs) et enfin à travers la parole ample de l'Ancien Testament, dont son grand-père lui lisait le soir de longues pages venues de la traduction exemplaire dite "du Roi James"...

Il est sensible aux découvertes Freudiennes et n'hésite pas à employer un langage cru, une parole de nerfs et de nervures, de sensualité et d'angoisse; il réagit aux terribles épreuves de la Guerre à Londres (il travaille pour la BBC...) mais il a gardé la leçon poétique majeure des "classiques" : il transmet l'intuition du Chaos initial, l'impossibilité de réparer le mal des générations, la nécessité de servir la parole éclairante et souffrante.

Il mêle l'individuel, l'intime et l'oeuvre au noir poétique et universelle.

C'est son "histoire personnelle", amoureuse, familiale qu'il évoque et en même temps sa poésie "parle pour chacun" (Celan).

Dylan Thomas, qui ne connut la gloire qu'au seuil de la mort, à la suite de voyages et de "tournées" de lecture aux USA, vécut en marge des "mouvements" littéraires de son époque; il voulut faire entendre la musique du Paradis - en vérité dire l'étonnement premier du monde, la reconnaissance aux générations passées, la solitude poétique du vivant.

Vision et prière
Poèmes de Dylan Thomas, traduits par Alain Suied,
coll. Poésie Gallimard

Archives de la revue improbable