France: la pulsion de mort
Alain Suied

L'Histoire récente et l'étude socio-économique d'un pays suffisent-elles à analyser son "malaise" actuel et les risques et les opportunités qui se révéleront dans son avenir immédiat?
Depuis 1945, la France a-t-elle vécu selon une "image de soi" réaliste et convaincante ou la voit-on de l'étranger comme une terre d'arrogance et de post-colonialisme tranquille?
La politique étrangère du pays a favorisé les tyrans d'Afrique et du monde arabo-musulman (notamment depuis la première crise "pétrolière") et choqué le monde juif. De Foccart à Chirac, de Mitterrand à nos universitaires néo-collabos, une manipulation éhontée de l'information a étouffé les des massacres de la Faim et les mensonges meurtriers d'Arafat.
Désormais, l'islamisme menace directement l'Europe.
Tant d'efforts pour rien.
Du Londonistan à l'UOIF, la destruction, la haine jalouse et l'envie de briser les démocraties sont "intégrées" par l'idéologie dominante - qui essaie de faire passer Tariq Ramadan pour un esprit ouvert et Ignacio Ramonet pour un journaliste.
Faut-il s'en tenir à une analyse de ce que Bat-Yeor a nommé "l'Eurabie", terme repris - à ses risques et périls - par M.G.Dantec?
DEPUIS 45... la politique et l'économie ont été offertes à la "droite" et le "discours culturels" au PCF - et à ses "réseaux" et "commissions" officielles
!
Le MARCHE a broyé les "Valeurs" anciennes avec l'aide idéologique de gauchistes d'opérettes et d'operations Boursières.
Le MALAISE DANS LA KULTUR A PRÉCÉDÉ LE MAL-ÊTRE CONTEMPORAIN.
Ces évolutions n'auraient pas pris une telle ampleur en FRANCE si le passé ne les autorisait pas: SADE, CÉLINE, GENET procèdent du même moule que LAVAL ou PAPON...
Le non-dit français et la pulsion sadique-anale constituent la terrible alchimie du renoncement et de la violence "intégrée. Hier, Le Pen a réuni près de 20% des électeurs. Demain, de Villiers ou Laguiller peuvent prétendre à plus encore...
La "Françafrique" étouffe mais la France régresse.
LA PULSION DE MORT EST EN TRAIN DE GAGNER DU TERRAIN: CELUI DE L'HONNEUR.

Archives de la revue improbable