Raphaël
ou la solitude de Dieu

extrait du roman
d'Anthony Danon

Quatrième de couverture

Qui est Raphaël?
Une âme égarée. Qui ne sait plus d'où elle vient . Qui ne sait pas où elle va.
Une âme coupée de ses racines qui erre dans les mondes multiples qu'elle visite, ces mondes différents et pourtant si semblables pour celui qui glisse dessus.
Raphaël cherche son Dieu dans la relation charnelle. Il court après son Dieu. Il se perd, il se dissout dans ses relations avec les femmes des différents mondes. Son identité disparaît dans la profondeur du lien amoureux. Dans la chaleur du sexe.

Qui est Raphaël? Un juif. Qui ne sait pas qu'il est juif. Qui ne veut pas le savoir. Qui se fait rattraper, presque malgré lui, dans le choix de l'alliance.
Son ange gardien, Azriel, est là pour accompagner le questionnement, pour l'aider a guérir.
Car Raphaël signifie « Dieu a guéri ».
Il faut savoir porter son nom.

Bara, en hébreu, signifie à la fois créer et enfanter. Et Raphaël cherche l'Unité, le « Un », le lieu ou l'homme et la femme peuvent « faire une chair une ». Pour faire un enfant.
C'est cela l'alliance.

Mais avant, il faut savoir marcher, il faut connaître la bonne manière de marcher pour renouer avec le cycle des engendrements.

Qu'est-ce qu'un juif? Demande le juif égaré.
Un juif, c'est quelqu'un qui se demande ce que c'est qu'un juif.

A Joëlle
A Harry
A Elishéba

Prologue

Bonjour.
Laissez-moi me présenter.
Je m'appelle Azriel.
Je suis un ange gardien.
Je suis un ange gardien juif.
Azriel, ça veut dire aide de Dieu, en hébreu.
Je travaille pour le Dieu des juifs, Hachem, le Saint béni soit-Il.
Je fais partie de la famille des ofanim des chérubins, et mon archange s'appelle Raziel.
Je suis un tout petit ange, parmi tant d'autres, et si vous voulez me voir, je suis représenté sur l'Arche de l'Alliance, sauf que l'Arche de l'Alliance, elle a bel et bien disparu.
Je garde la lumière, et les étoiles.

On nous appelle parfois esprits des harmonies et je suis chargé d'aider Raphaël, qui signifie Dieu a guéri, à aller vers la lumière, à s'accomplir, à remplir sa destinée légitime.
Nous, les anges, nous sommes chargés d'accomplir la volonté de Dieu, mais nous n'avons pas le pouvoir de progresser, de nous réaliser, nous sommes, en quelque sorte, finis, terminés. Nous ne dormons pas, nous ne mangeons pas, nous ne buvons pas.
Ma mission est mon nom : aider Dieu.
Je travaille depuis longtemps, très longtemps, et e suis fatigué. Je dois ramener une âme égarée au bercail, comme on dit, lui rappeler qui elle est. Et il y en a, des âmes égarées de nos jours, oui, il y en a.
Ah, ce n'est pas comme avant. Avant, elles étaient plus proche de l'origine du monde, plus proches de la cause des causes... sauf pour celles qui étaient définitivement perdues, alors celles-là... mais on ne perdait pas son temps comme maintenant, avec des êtres comme Raphaël.
Ce qu'il faut savoir, voyez-vous, c'est que le Saint béni soit-Il, a rassemblé toutes les âmes dans le monde d'en haut, par familles et par groupes apparentés, dans un ordre chronologique à peu près symétrique à celui qu'elles connaîtront sur terre. En ordre d'apparition à l'écran, en quelque sorte. Et ces âmes, à l'origine, étaient contenues dans Hachem, le Saint béni soit-Il.
Mais voilà, il y a eu faute, la faute du premier homme, l'Adam. L'Adam qui a mangé le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Et cette faute a causé la dispersion des âmes, qui, au fur et à mesure de leur passage sur terre, se réparent du dommage qui leur a été causé. Et maintenant, on en est au temps des âmes les plus basses, celles qui se situaient dans les pieds, dans les talons du Saint béni soit-Il. Les âmes d'aujourd'hui sont les dernières a s imprégner dans des corps, les dernières à prendre une forme matérielle, si vous préférez, car la venue du Messie n'est pas loin. Étrange
quand même, vous ne trouvez pas, que plus on approche de la rédemption, plus les âmes sont basses? C'est bien cela, le drame de Raphaël, le héros de notre histoire.

Et puis, je n'ai pas que ce problème là à gérer il y a celui de mon maître, Hachem, le Saint béni soit-Il, car il doit s'accomplir, il doit passer par le déroulement du fil des générations pour s' accomplir, par le fil des engendrements. Chaque nouvelle naissance lui permet d'avancer un peu, de poursuivre son travail, pour qu'enfin il puisse se manifester, un jour, à travers la venue du Messie. C'est cela la signification de "fructifiez et multipliez-vous". Le Saint, béni soit-Il, ne fait pas tout ça pour vous, il le fait pour Lui. Il le fait pour exister. Et en plus, il ne suffit pas de se multiplier n'importe comment chez les juif.. Chez nous, il faut se multiplier avec une âme de la même famille, avec une âme du même groupe, avec une âme juive, pour faire court. Pour que la structure humaine n'altère en rien la structure divine.

Car Hachem est sujet d'un processus créatif lui aussi et il dépend de nous. Nous, qui sommes aussi sujets d'un processus créatif. Et tout cela se passe dans une alliance chamelle - oui - charnelle, je dis bien charnelle, entre Dieu et Son peuple. Je vous dis qu'ils couchent ensemble - vous ne me croyez pas, hein?
Oui, ils couchent ensemble. C'est Dieu qui transmet son image à l'homme et comment le fait-Il ? Par l'engendrement Il a créé l'Adam à son image et l'Adam était homme et femme. Quand Il les a séparés, pour en faire un homme et une femme séparés, Il les a ensuite réunis dans l'acte charnel et « ils ont fait une chair une ». Et qu'est-ce qui se passe lorsqu'un homme et une femme font une chair une ? Eh bien, ils engendrent. ils font un enfant, si vous préférez, un enfant à leur image.
Alors, voyez-vous, l'enfant est à l'image de ses parents, à condition que les parents fassent partie d'un même groupe, et la femme dans le couple, qui à l'origine a été fabriquée à partir de l'homme, ne fait qu'un avec lui, l'homme et la femme ne font qu'un, une seule chair, et, ils sont, il est devrais-je dire, l'Adam reconstitué et... à l'image de Dieu. C'est cela le cycle des générations. C'est ininterrompu. Comment voulez-vous que mon maître puisse avoir part à sa création hormis dans la relation charnelle? C'est elle, la relation charnelle, qui actualise la cause des causes, qui permet à Dieu de continuer à exister et qui annonce la rédemption. Il faut bien le comprendre. Saviez-vous que le verbe bara, en hébreu, signifie à la fois « créer »et « enfanter » ?
Regardons un peu l'Histoire, regardons l'oeuvre de notre Saint, béni soit-Il, regardons l'affliction qui s'est abattue sur nous car nous ne le craignions pas assez: le déluge, Babel, l'esclavage en Égypte, les Grecs, les Romains, l'Inquisition, la Shoah... tout cela pour ramener les âmes au bercail, pour permettre aux âmes de se réunir, à nouveau, par familles et par groupes de semblables, là haut dans le monde d'en haut. Tout cela pour que le « Un » du début se réalise en un « Un» final. À la fin des temps.

Mais revenons-en à Raphaël. À notre brebis égarée.
Raphaël présente ceci comme avantage: il cherche son Dieu, et vous savez comment? Dans le sexe! Oui, dans le sexe, dans la relation chamelle, justement!
Raphaël court après son Dieu dans la relation chamelle! C'est comme cela qu'il se met en relation avec son Dieu, c'est comme cela qu'il sent la Présence, la Chekhina. C'est comme cela qu'il se reconstitue, qu'il redevient Un, Un, comme avant la séparation de l'homme avec la femme. C'est là qu'il sent, dans sa chair, qu'il redevient l'Adam de l'origine, l'homme qui est à l'image de Dieu, à la fois homme et femme.
Mais le problème est qu'il n'aborde pas la relation chamelle comme il le faut. il y a une façon de faire. Il y a une manière de marcher La loi juive, la halakha, signifie manière de marcher.
Raphaël ne sait pas marcher.
Mais j'ai quand même de la chance, finalement, même si c'est long: c'est que Raphaël, même s'il ne le sait pas, veut être à l'image de Dieu, de son Dieu, de son Dieu juif, vous savez, celui pour lequel je travaille depuis si longtemps. il y en a qui ne veulent même pas ressembler à leur Dieu. Alors ils s'égarent, ils se perdent, ils quittent le cycle des engendrements.
Ah comme je suis fatigué, si vous le saviez. Si vous me demandez comment je vais, je vous dirai ceci: je suis vieux, je suis fatigué et je suis juif.
Mais il me reste quand même un peu d'énergie pour vous la raconter, l'histoire de Raphaël.
Et de la solitude de Dieu.

On y va?

NDLR: nous ne pouvons en l'état actuel de nos moyens éditer sur papier le roman d'A.Danon, et nous le déplorons, c'est pourquoi nous serions heureux de transmettre à l'auteur toute proposition venant d'un éditeur.
R.O.

Archives de la revue improbable