Bernartz de ventadorn
QUAN VEI LA LAUSETA MOVER
Quan vei la lauseta mover
De joi sa alas contra'l rai,
Que s'oblid' e's laissa cazer
Per la dossor qu'al cor li vai,
Ailas! quals enveja m'en ve
De cui qu'eu veja jauzion!
Meravilhas ai, quar dessé
Lo cors de dezirier no'm fon.
Quand je vois l'alouette frétiller de joie
Ses ailes contre les rayons du soleil
Qui s'oublie et se laisse choir
Par la douceur qui lui vient au coeur
Hélas! Quelle envie m'étreint
De ceux que je vois s'éjouissant
C'est grande merveille que sur-le-champs
Le coeur de désirade ne m'en fonde.
Ailas! tan cujava saber
D'amor, et tan petit en sai!
Quar eu d'amar no'm posc tener
Celeis don ja pro non aurai;
Tout m'a mon cor, e tout m'a se
E mi mezeis e tot lo mon;
E quan si'm tolc, no'm laisset re
Mas dezirier e cor volon.
Hélas! tant je croyais savoir
Sur Amour et si peu n'en sais!
Car d'aimer je ne me puis contenir
Celle de qui jamais bien je n'obtiendrai
Tout mon coeur elle a pris et tout moi-même
Elle m'a délaissé, elle a volé mon univers
Et quand elle m'eut ainssi blessé, elle ne me laissa
Que la désirade et le coeur assoiffé.
Anc non agui de mi poder
Ni no fui meus deslor en cai,
Que 'm laisset en sos olhs vezer
En un miralh que mout mi plai. Miralhs, pos me mirei en te,
M'an mort li sospir de preon, Qu'aissi'm perdei com perde se
Lo belhs Narcisus en la fon.
Sur moi je n'eus plus aucun pouvoir
Ni ne fus plus mien dés lors
Qu'elle permis que je me vis en ses yeux
En un miroir qui me plait tant et tant
Miroir, je peux me voir en toi
Ils me tuent ces profonds soupirs!
C'est ainsi que se perdit
Le beau narcisse en la fontaine.
De las domnas mi dezesper,
Jamais en lor no'm fiarai,
Qu'aissi com las solh captener,
Enaissi las descapterai :
Pos vei que nulha pro no'm te
Ab leis que'm destrui e'm cofon, Totas las dopt e las mescré,
Car sai que atretals se son.
Des femmes je me désespère
Jamais plus à elles ne me fierai
Tout comme souvent je pris leur défense
Ainsi je les abandonnerai
Puisque je vois que nulle ne parle en ma faveur
A celle qui me détruit et me tue
Je douterai de toutes et les craindrai toutes
Car je sais bien qu'elles sont toutes semblables.
D'aisso's fai ben femna parer
Ma domna, per qu'eu l'o retrai,
Que vol co qu'om no deu voler,
E co qu'om li deveda fai.
Cazutz sui en mala mercé
Et ai ben fait com fols en pon,
E no sai perqué m'esdevé,
Mas quar trop pogei contra mon
En cela combien Femme est elle
Ma Dame, c'est pourquoi je lui reproche
De vouloir ce qui ne se doit
Et de faire ce qui ne se devrait.
J'ai vraiment chuté en mauvaise grâce
Et j'ai bel et bien fait comme le fou sur le pont
Et j'ignore pourquoi cela m'advint sinon
Pour avoir attaqué un sommet trop escarpé.
Mercés es perduda per ver,
Et eu non o saubi ancmai,
Car cil que plus en degr'aver
Non a ges, et on la querrai?
A! quan mal sembla, qui la ve,
Que aquest caitiu deziron,
Que ja ses lèis non aura be,
Laisse morir, que no l'aon.
En vérité elle est bien perdue la pitié
Et jamais je ne l'avais appris
Car celle qui en aurait dü le plus avoir
N'en a goutte, et où la trouverais-je?
AH! comme il ne semble possible à qui la voit
Que ce malheureux consumé de désirade
Qui sans elle jamais ne guérira
Elle laisse périr en l'absence de soins.
Pos ab mi dons no'm pot valer
Prècs ni mercés ni'l dreitz qu'eu ai,
Ni a lèis no ven a plazer
Qu'eu l'am, jamais no lo'i dirai.
Aissi'm part d'amor e'm recré :
Mort m'a e per mort li respon,
E vau m'en, pos ilh no'm reté,
Caitius en essilh, no sai on.
Puisqu'auprés de ma Dame ne me peuvent servir
Ni valeur ni pitié ni les droits miens
Qu'il ne lui viendra pas à plaire
Mon amour, jamais plus je ne lui déclarerai.
Ainsi d'Amour je me sépare et me défie
Elle m'a tué et par la mort je lui réponds
Et je m'en vais, puisqu'elle ne me retient
Misérable en exil, je ne sais où.
Tristans, ges non auretz de me,
Qu'eu m'en vau caitius, no sai on :
De chantar me gic e'm recre,
E de joi e d'amor m'escon.
Tristans, vous n'aurez plus rien de moi
Je m'en vais misérable, je ne sais où
De chanter je m'arrète et me renie
Et de Joi et d'Amour m'échappe.