AGRUMES

Pareil a la révolte, citron, la douceur du sucre abonde en toi
Sans tempérer ta virulente acidité.
Tu n'as rien de suave, tu es toute force nerveuse
Et violence corrosive de la jeunesse sans concessions.
Fruit d'or du jardin des Hespèrides
Ta peau épaisse dure et tendre, ambivalente
Comme un symbole, poudré de pores
Garde redoutable a l'ennemi ton trésor.
Le I acide et le RON de ton nom
Enchantent mon palais ou tu réside en incomparable joyaux.
Seul fruit qu'admet le poisson tu es le cousin du sel
Pour l'arôme de la terre

Orange, nulle amertume en toi !
Tu es le fruit accomplis, la pulpe de la maturité!
Ainsi que ton frère le citron tes chairs aurifères
Diffractent la lumière comme un diamant végétal.
Tes quartiers dodus, bien découpes et gorges de suc
Imagent l'abondance heureuse, la fabuleuse
Prodigalité de Terre Mère !
Je te caresse comme un sein ferme et jeune
Ta fraîcheur est comme la bénédiction de l'ombre
Dans le plénitude de l'été méditerranéen.
Pamplemousse, pamplemousse!
Joyeux, humble et doux ton nom étincelle de reflets maritimes
Ample et opulent il recèle l'écrasement incendiaire du soleil.
Pamplemousse! Tes hanches pleines et larges
Sont d'une femme en son automne.
Comme elle tu dispenses ta vigueur nourricière
Vaillance, tendresse et endurance.
Pourtant cette pudeur teintée de rosée
Se souvient des premiers sursauts de ton coeur.
Généreux pamplemousse tu es la fécondité
Majestueuse et simple
Beauté première de la terre.