L'Hormone de jouvence

.Verrons-nous encore de ces visages parcheminés, semblables à des cartes où les rides profondes figurent les fleuves et les rivières que le temps, l'amour et la douleur ont creusés jour après jour? Maintenant que les jeunes sont vieux, les vieux sont-ils condamnés à la jeunesse? Devrons-nous dire "Oisive vieillesse à la jeunesse asservie"?
.Il va de soi que nous laissons aux spécialistes le soin d'apporter les réponses convenables. Notre rôle se limite à signaler la découverte bouleversante à l'origine de ces angoissantes questions.
.Grâce à notre messager volant et ondoyant, que nous surnommons "radio" dans l'intimité, nous apprenons qu' un savant, illustre comme il se doit, vient d'isoler, de capturer et enfin de parquer, après une longue et éprouvante traque, l'Hormone de Jeunesse: la DHEA.
.Le siège de la mère-glande se trouverait à côté de l'adrénalinificque et de la pinéalificque. Pour mémoire la glande pinéale est le lieu où l'âme et le corps se scindent ou se rejoignent, selon l'angle de l'observateur (elle fut découverte par un certain M. Descartes, joueur invétéré du XVII ème siécle). Sans ambages, nous affirmons que M. l'Illustre a mis la main sur un mythe.
.Il nous souvient, dans les temps reculés où nous arpention les collines desséchées des îles Cycladines, avoir nous aussi emprisonné un mythe. Nous avions capturé Pégase au lasso. Suite à quoi nous l'avions entrainé à se mesurer aux fiers quadrupèdes anglo-arabes, pour améliorer notre santé phynancière dans les joutes chevalines. Malheureusement, dès la première épreuve, le canasson sur sa lancée s'envola tel un misérable pinson!
Mais, laissons-là ces tristes souvenirs.
.M. l'Illustre, aprés avoir recueilli d'une manière que nous ignorons la précieuse eau-de-vie, le très magnifique breuvage de jeunesse, s'est empressé d'en octroyer le vivifiant bénéfice à quelques privilégiés. L'administration de la potion néogénatrice a eu pour effet une recalcification des os, une réactivation de la production de sébum (qui participe d'ailleurs de la croissance du PNB) ainsi que, ô merveille! une augmentation du désir sexuel! Nous ne saurions trop recommander à nos amis de la Science l'application de cette substance aux parchemins médiévaux qui encombrent les galeries de la Bibliothèque Nationale de France. Çela leur rendrait, à n'en pas douter, le teint rosé de leur jeunesse et les inciterait probablement à se rapprocher de leurs congénères du sexe opposé. Il n'est pas interdit d'espèrer qu'ils parviendraient de la sorte à se reproduire, selon une méthode d'imprimerie à la fois moderne et traditionnelle. Que les maîtres de la Science tranchent!
.Aprés avoir découvert la fontaine de jouvence, nous ne doutons pas que nos amis les savants sauront déceler "l'eau qui désaltère à jamais". L'existence de cette eau est connue depuis que Jésus l'a révélée à une femme près d'un puits. Voyant la pauvrine en peine, le charitable Sauveur l'a informée: "Qui boit de mon eau n aura plus jamais soif". Malgré de considérables travaux sur l'eau lourde, l'eau vide et les vapeur d'O les scientifiques ne sont pas encore parvenus à trouver ce fameux "élixir"..Gageons qu'ils ne sauraient s'accomoder de cet échec.
.Enfin, et sans vouloir offenser quiconque, ayons une pensée pour le premier mortel à s'être emparé du secret de l'éternelle jeunesse: le docteur Faust.