La revue improbable novembre 2000

Amis lecteurs,
.le retour du rationnalisme agressif fait peser une lourde menace sur la clémence de nos jours, il a déjà contraint le P.D.R. à se doter d'une aliance militaire (l'A.U.T.A.N., Alliance Unifiée de Toutes les Alliances Neutres), il nous oblige à toujours plus d'inventivité.
La dernière trouvaille de la Revue est de se transformer en maison d'édition virtuelle, où tous ceux qui errent dans les mondes désenchantés trouveront cordiale hospitalité. Cette transformation ne sera effective que lorsque votre serviteur aura mis en place un site d'accueil décent pour les écrits des laboureurs d'improbable.
Le principe est cependant acquis: une partie des textes sera présentée dans la revue, la suite sera téléchargeable en format PDF, avant de se trouver sous forme imprimée.
Les premières pierres seront posées par Stéphane Crastes- inénarrable président du Parti De Rien, qui apporte son instructive pièce de théâtre "La machine à changer le caractère des femmes" (
ACTE I) -et par votre serviteur qui présentera la théorie et la pratique des calculs d'improbabilités.
Les lecteurs qui souhaitent participer à cette aventure sont d'ores et déjà invités à envoyer leurs contributions à la revue improbable. (Nous sommes aussi disposés à accepter des textes courts, comme cela a été fait en poésie, pour parution dans la revue)
Outre le premier acte de "La machine à changer le caractère des femmes" nous vous présentons, ce mois-ci, la chronique improbable qui traite du Grand Stade et de ses implications cosmiques, la transcription d'un texte du moyen-âge concernant à nouveau ce fameux serpent monétaire (voir le récit myhtique du mois dernier) et une interrogation scientifique majeure "L'art peut-il être scientifique?"
.

R. Ober

Vous pouvez nous écrire à cette adresse: Revue.improbable@wanadoo.fr