Ecouter l'indicible Alain Suied
Henri Meschonic Je n'ai pas tout entendu (Editions Dumerchez)
Michel Lambiotte Espace du seul (Editions Le Taillis Pré) et Naissance d'Eve (Editions Le Cormier)
.Théoricien et poète, traducteur de la Bible, critique du "langage" Heideggerien (mi-jargon, mi-emprunt à la Mystique Rhénane), universitaire: dans tous les domaines, Henri Meschonic défend une parole de vie, une poésie à l'écoute de l'insondable du monde. C'est assez dire qu'il fait partie des voix poètiques qui rencontrent quelques difficultés dans les milieux du "pouvoir" et de la "critique" d'une "Modernité"...qu'il a assez fortement analysée!
Son nouveau recueil nous dit le pouvoir...d'ECOUTE qui est le coeur même d'une parole authentiquement POETIQUE: "entendre est cette histoire qui arrive à la voix". Et c'est justement parceque l'on ne peut "tout" entendre...que la parole A LIEU. L'étranger, l'autre, la différence sont les garants de la vérité de notre parole. Et non l'abus et le cynisme des paroles dites "autorisées" ou "à la mode"...Les contraires s'unissent, "les nuits sont rarement les nuits", on voit "avec toute sa peau", "l'infini"...est comme nous, il recommence, nous "sommes les mots" d'une "langue nouvelle": le poème nous ouvre à une autre dimension du monde-son inaccessible vérité, que le langage commun croit réduire.

"Saisir...ce qui est": tel est l'enjeu de la poèsie de Michel Lambiotte-lui aussi sensible à notre inconnaissance fatale. Ses deux nouveaux recueils cisèlent la langue avec émotion et originalité. Il cherche "la nuit d'une autre lumière". Il contemple "le côté du vide que rien n'emplit que le rien". Il traduit le "vertige d'être". Face à l'Indicible, la poèsie contemporaine invente de nouveaux instruments, une nouvelle écoute une sonde pour une mémoire vivante et fertile. Une nouvelle chance d'expression sans "fureur"-mais ouvrant au "mystère".

Alain Suied