La revue improbable
mélanges poétiques, politiques et philosophiques
N°11, septembre 2001
 
Improbables origines
...Comment ne pas être plongé dans la plus grande perplexité lorsque la science elle-même place les origines dans une immense improbabilité?

....Le docteur Crastes nous gratifie d'une leçon sur le Pikaia, qui serait l'être vivant à l'origine du développement ultérieur des mammifères. Or cet organisme n'avait aucune chance de se répandre dans l'entre-dévorement qui caractérisait la soupe d'il y a 530 millions d'années...
....Autrement dit, l'apparition de l'homme, si l'on se réfère aux mythes scientifiques, n'avait rien d'inéluctable. D'autre part il ne peut être question de sélection darwinienne puisque le Pikaia a dû profiter, de façon opportuniste, d'un cataclysme inconnu pour inaugurer une nouvelle branche de la vie sur terre...Nous sommes un accident!
....Selon le récit du docteur Crastes, nous nous imaginions ce Pikaia comme une sorte d'amibe, mais le père des mammifères est doté d'une certaine élégance, de vers certes mais...ce serait donc notre ancêtre! .Serait-ce le dragon originel? D'où vient cette étrange parenté morphologique avec le spermatozoïde? Si nous remontions plus loin encore, trouverions-nous une trace du premier acide aminé apparu sur terre?
....Si tant est que nous ayons un jour la réponse scientifique sur les origines nous n'en serions pas mieux renseignés sur les fins! De l'erreur qui consiste à interroger la science pour éclairer notre condition découle le sentiment de l'absurdité de tout qui n'est qu'une surdité à tout...

.....Le mode de connaissance scientifique est basé, par la force de son principe utilitaire, sur la segmentation et sur une vision mécaniste du "phénomène vivant", or il est d'autres modes de connaissance (pas forcément incompatibles), qui trouvent, eux, leurs fondements dans une vision unitaire et amoureuse de la vie, la poésie en est un. Elle se base sur le principe d'universelle analogie, comme le rappelait Baudelaire (voir la fantaisie: peut-on faire confiance aux poètes?).

Un poème possède-t-il le pouvoir de nous combler?

....Toujours est-il qu’il se dirige vers la cible, lorsqu’il nous fait éprouver notre vide, et le souvenir ou le désir d’une plénitude que l’on nomme parfois prénatale ou édénique .
...L'épreuve du vide, de l'absence, de la distance, n'est autre que la perception de notre manque, de notre soif et de notre faim.
....L'inexplicable(?) mélancolie qui accompagne nécessairement la condition mortelle constitue l'angoisse métaphysique...

...Nous devons cette question à Christophe Magand, que nous accueillons pour la première fois dans la revue. Ses poèmes témoignent d’une visée juste!
....Pièces: Porcelaine, Porzellan comme l'on dit en Allemagne et il faut entendre la dédicace de ce titre, Rechute et L'évaluatrice.
....Nous sommes heureux de vous présenter un nouveau poème de Sébastien Durand qui, en ces temps de "crise des valeurs", s'interroge sur la lune : Valeur de lune.

...."La rentrée littéraire" disposera au moins d'un roman digne de ce nom, les lecteurs en trouveront la critique d'Alain Suied: J'abandonne de Philippe Claudel, un roman christique?

....La musique ne sera pas absente de la revue improbable avec le compte-rendu par Jacques Castérède des Ombres de Tübingen, un "Opernstuck" de Lucie ROBERT-DIESSEL sur un poème d'Alain SUIED. Nous rapellons que l'association musicale Le TRIPTYQUE organise le 12 ème concours international de la mélodie française du 14 au 17 novembre 2001, voir dépliant.
Le TRIPTYQUE (28 rue Lacretelle, 75015 Paris) propose régulièrement des concerts à la salle ROSSINI et en l'église SAINT-MERRI (abonnements au 01-48-56-21-82)

....SOMMAIRE
Science Le Pikaia
Poésie
Christophe Magand- Porcelaine, Rechute, L'évaluatrice
Sébastien Durand-Valeur de lune
Lecture J'abandonne (roman) de Philippe Claudel, par Alain Suied
Musique Les ombres de Tübingen
Jacques Castérède

 


Richard Ober

Vous pouvez nous écrire à cette adresse
: Revue.improbable@wanadoo.fr

La revue improbable N°11, septembre 2001