Porcelaine (Porzellan)
Christophe Magand

" Dans ce monde des plus chrétiens des mondes / Poètes - juifs ! "
Marina Zwetajewa

Tu
Bois le lait
Bois la neige
Noire des pas
De la terre
Et des bois
.......................Noirs, si noirs !

(Ah ! qu'il est dur de dire qu'elle était cette forêt sauvage,
âpre et infranchissable, dont le seul souvenir réveille la terreur !)

Tu
Récites
en silence
Tous les noms
Des fleurs
Qui te protègent
Rempli de terre
De la peur
Dans la neige
Tous les noms
Qui resteront
Dans la nuit
Mirjam et Noämie

Mais ce monde n'est pas pour nous
Sœurs bénies, âmes chéries, Schechina

Tu poses
Ta bouche sur
La terre brûlée
Délicatement
Un baiser
Le thé
Et le lait
De nouveau
Ressuscitent
Ta
Grand-mère
Rahel

O Jérusalem ! Ton don d'un gâteau d'enfance !
Comment ne pas pleurer ?

Mais ne cites !
Tes propres mots
Peau tendre
Peau pâle
De la Terre brûlée
Blanchie à
La chaux
Ošwiecim et
la forêt où
Tout s'efface
A mesure que
S'énonce à voix haute
La Liste
Qu'est lu le Livre
Des Nombres
Du Maître
Autour d'une Chandelle secrète
Et délabrée
Mais non soufflée
Comme tout candélabre

Tu manges le pain
Le pain aux amandes
Tu manges les amandes
Les amandes amères
Dans l'assiette du
Service à thé
De fabrication normande près de Moisville !
Terre promise
Encore
Non tenue
Nu le corps
Du
Roi
Etendu
Allongé
dans la neige
Le sang de sa couronne
Et de son cœur
Dans l'assiette
Cœur et sang
De couleur Bleu
Ce n'est qu'un juif !
De douleur
A coté
Pleure
Sa mère Rahel

Tu
Plutôt
Le nom
Pour toujours
Jusqu'au Dernier jour
Pendant que
Pendant ce temps
L'Allemagne
Aveugle
L'Allemagne
Blocs de pierres derrières les paupières
Closes
Se rendort
Dans la nuit et rêve
A l'eau du silence
De ses Aulnes
De ses fontaines
qui ne
Désaltèrent
Plus
Qui ne purifient
Plus aucun
Cœur
Comme si de
Rien le nom
Le sans nom

Toi pourquoi ?
Toi que partout je cherche
Toi que partout j'appelle
Laisse moi t'aimer dans les murs de Jérusalem !
Laisse moi t'aimer
Sous le pont Mirabeau
En Ukraine encore
Toi qui sait
Tout O Mère depuis le tout
Début
Ton corps de porcelaine
Fendu de
Fer, reste
La rose parmi les bris
Dans les cendres
Les épines de sang
Dans la neige sans âge
D'antan
Douce et légère
Intacte et éternelle
Dans ta prunelle
D'opale
Comme toujours
Je retrouve
Tout
Ce que je croyais avoir
Pour toujours
Depuis toujours
Perdu

O Toi ! Ne m'abandonne pas dans le découragement
Soutiens moi dans ma solitude
Dans ma peur aide moi à dire
Contre mes ennemis
Qui me calomnient
Fais trembler à nouveau les murs de Babylone !
Pour que s'acquitte
Enfin
La dette
De vérité
Au cœur de la
Nuit clarté
Sur le sol du ciel

ASCHREJ ! Ziw.