Rechute
Christophe Magand

nom d'un
chien
je
vois bien
que je
redeviens
chrétien !

le récit
scientifique
écrase
tous les êtres
dans l'arbitraire
efface
le sens
dans l'indifférence
de l'infini

quand moi
je vois
concrètement
l'enfer
du réel
l'enfer des femmes
là-bas
violées en masse
martyrisées
des femmes en esclavage
leurs visages
passés à l'acide
l'enfer
des enfants soldats
complètement camés
qui massacrent en riant
hilares
des puissants corrompus
des charniers géants
remplis des corps gluants
glissant de sang
de femmes de vieillards et d'enfants
je vois
les vies
désolées
qui combattent
agonisent
avec leur fond
de vide
ces vies
qui éclatent
se fendent
comme gousse
coquille de noix
sous la glace
de la solitude
je vois
la justice
qui éclaire
du plus humble
le doute
atroce
le sublime
miraculeux
du pardon
la tendresse
intense
pour ceux qu'on aime
et qui meurent
quand même
et cette stupéfaction
sacrée
pour le mobilier
vivant du monde
les bibelots
splendides
l'éléphant
le papillon
saisi
dans l'amour
de ce qui
est

et ça
je sais
c'est chrétien
n'est-ce pas
toujours le même
dispositif
amputé
seulement
de la transcendance
de l'au-delà