MON PROFESSEUR
Üzeyir Lokman ÇAYCI
( Traduit par : Yakup YURT)

Les vieux enfants
Au bout de l'insensibilité
Sont ton oeuvre
Ils se tiennent aux crochets
De l'égoïsme
Une génération disparaît
En descendant sans cesse plus bas

A chaque mouvement de bord
Des vues qui produisent la révolte
Les puces accouchent des dragons
Sous un établi à peine couvert
Le mois de septembre dans leurs yeux
Est un amoncellement de haines
Un foyer pour opportunistes
Un abri anéantissant l'amour
Et
Un appui
De confiance
Dont l'arrière est un ravin

Mon professeur
Avant que ne sèche
La source des valeurs
Approche-toi des vaisseaux capillaires
De la jeunesse

Approche-toi
Avant qu’une sensibilité éteinte
Ne soit dispersée par le temps.

Je sais
Il y a deux mains à ton col
Tu n'es pas libre dans ton for intérieur
Pendant que demain souffrant tombe devant toi
Les évènements à ta droite,
Les secrets qui t'ébranlent à ta gauche
La source des soucis
Ce sont les lendemains
Qui grandissent en toi

Tes oeuvres, mon professeur
Ne voient pas que toi
Ils ne se voient pas Eux-mêmes !..

Üzeyir Lokman ÇAYCI Paris , Le 30.04.2001
Traduit par Yakup YURT

La revue improbable N°22, septembre 2002