XXI siècle: le contrat et la pulsion
Alain Suied

Nous affrontons un moment ambigu et creux - comme un entre-deux qui aurait vu la fin d'un univers de valeurs plaquées sur l'Horreur et le meurtre de masse et apercevrait au loin une société manipulée, sans-regard, ignorant la majeure partie du monde vouée à la faim et à la détresse. De cette période et de cette crainte peuvent surgir le mal "populiste" ou la révolte d'un gauchisme de retraités - bien éloignée de la "branchitude" parisienne loftée et liftée, qui joue au confort "Bohème" et au refus hypocrite du "Satan" U.S.
Mais d'ores et déjà une évidence s'impose: LA PLACE DE L'AUTRE disparaît. Le "social" devient une série de "contrats" sans engagement: chacun "fait son truc" et son "troc" - sans mémoire, sans regard, dans l'extrême spécialisation fermée à ce qui déborde son "champ" de prédilection.. L'enjeu est clair: tout pour la pulsion, rien pour la conscience qui en délivre. Il s'agirait d'en finir avec le monde du "symbolique", avec les "devoirs" et les "morales"...Seul le "semblant" est vrai. La "convention" remplace le "risque". Aucune utopie, aucune "loi" - aucune critique non plus...

Étrange forme de "libération": tout se passe comme si le "Système" avait cadenassé ses propres "marginalités" et laissait "tout faire".. dans le cadre pré-défini par lui... La réactivité, la créativité ne sont plus que des slogans - ils ne permettent plus d'innover ni d'oser. Rien ne change - et surtout pas l'injustice sociale mais on "annonce" que tout change en permanence.

Si Mai-68 avait prétendu liquider l'héritage du "père", l'Alliance (mal interprétée) du Livre ou la rude organisation sociale, les ex-gauchistes du Medef et les classes dirigeantes ont su "s'adapter" au "discours" et préserver la plus grosse part du "gâteau". Et le "Pouvoir" - ce phallus SYMBOLIQUE décidément indéboulonnable...

L'attitude a remplacé la "responsabilité" et n'importe quelle "marionnette" pourrait régner demain. Mais le pire est encore la "confusion" des valeurs et des signes...

Tout se passe comme si la cohésion sociale devait être cassée et le (faux) individualisme célébré - mais qui est cet "individu" qui réagit aux mêmes "coups de clairon", part en vacances aux mêmes dates, exige le même confort partout, se passionne pour les mêmes vedettes fabriquées par les mêmes médias, portent les mêmes "marques..? La projection du "bourgeois gentilhomme" post-moderne, qui arrange le "Système"?

Hier, l'Europe a accepté la "boucherie" de 14 et la Honte totalitaire de 40. Le XIX ème siècle avait "refoulé" et appelé cette ultra-violence... Que deviendra le XX ème siècle au coeur du XXI ème ?
Un monde capitaliste enfermé dans ses frontières et son pseudo "humanitarisme" missionnaire SANS REGARD pour l'équilibre de la planète ni pour les autres sociétés?
Un univers social de "pulsions" personnelles" et d'intérêts particuliers?
Le "contrat social" va-t-il se transformer en convention virtuelle?
Consommez, ils feront le reste! Le reste - et si c'était notre ultime liberté?

La revue improbable N°22, septembre 2002