Parmi les sables obscurs
R. O.

Lorsque le chagrin a raviné les montagnes
que la pluie a lavé ta plaie
entraînant jusqu'aux gaves
les pépites de la dolor
tu peux apprêter l'équipement
et scruter le placer, tamis naturel:
ta peine en fins barreaux
a arraché de ton coeur
les incorruptibles paillettes solaires
et parmi les galets
dans les sables obscures
brille une joie enfantine
que tu désespérais de retrouver,
si rayonnante que ton coeur
inaugure un pays nouveau.

La revue improbable N°22, septembre 2002