Je suis femme .
Vanessa Duval-Gagné

Je me prescris le crabe
J'avale les étoiles
Je deviendrais en fin une femme
L'abstrait calcule le mental construit l'abri
Ronge les ongles
Me voici femme incolore
Mon désir d'être
Me fait perdre le sens des têtes
Dieu lui-même
N'en devine rien
Je suis âme de verre
Au regard distrait
Pourtant, je suis de chair
Et je suis femme

Rien à voir avec les rats solaires
Je me ramène les ordures
Aux mélodies de ta flûte
Les papillons de Neptune
Pâles comme les statues
Ressemble aux battements d'œil
Qui ne survivent !
Suis-je toujours femme ?
J'aurais de mes lèvres
Embrassé ces joues de nectar
Comme le palais de mon cœur
Suis-je une parcelle de femme ?
Sous l'astre des nuits
Il s'est accroupi
D'un coup de pelle à la moelle
Le cosmos luisant
Ne ricane plus maintenant
Et je suis femme absente
Si toi tu es une herbe
Et plus jamais un homme sensible
Que dois-je faire du sable
Enduit sur mes méninges sales
?
Je dois rester femme

La revue improbable
N°32, septembre 2004